Retour à la page d'accueil .
  Association des bibliothèques du Lauragais

Le Lecteur du Val - 10 bd des Genêts - 31320 CASTANET-TOLOSAN - Tél. 05.61.00.51.16
"Au bonheur des docs" (saison de conférences)
Sous le titre "Au bonheur des docs", le Lecteur du Val propose une saison de conférences tournant dans les bibliothèques de la communauté d'agglo, et visant à mettre en lumière les ouvrages documentaires, un genre quelque peu délaissé au profit des ressources électroniques.

Pour cette nouvelle série de six rendez-vous, les bibliothécaires du Sicoval ont choisi de mettre en avant les thématiques liées au fonds local-régional développé par l'association. à travers des éclairages très différents, historiques, géographiques ou sociétaux, très locaux ou plus généraux... Seront ainsi successivement abordés les thèmes du Canal du Midi, des clochers-murs et des bastides, du vent d'autan, du pastel, de l'immigration espagnole avec la Retirada, et de l'immigration italienne. Six bibliothèques (Belberaud, Donneville, Fourquevaux, Lacroix-Falgarde, Baziège et Pompertuzat) accueilleront les conférences, qui déborderont toujours sur une signature, une animation, une exposition...

Les rencontres, qui seront accompagnées par une Librairie lorsqu'il y aura lieu, se dérouleront donc dans les différentes bibliothèques, le vendredi à 18 h 30 (entrée libre). Pour prendre part au buffet qui suivra (une participation de 7 € par personne sera demandée), il est indispensable de s'inscrire au préalable auprès du Lecteur du Val : tél. 05.61.00.51.16 ou info@lecteurduval.org.


l Les différents rendez-vous et les intervenants invités :
Robert Marconis, le vendredi 6 novembre 2015, à BELBERAUD

"Le Canal du Midi : un avenir incertain pour une voie d'eau historique"

Désormais classé au Patrimoine mondial par l’UNESCO, le Canal du Midi fut, dès sa mise en eau, en 1681, un remarquable outil économique pour le Languedoc. Victime de la concurrence du chemin de fer au XIXème siècle, puis des transports routiers, le trafic des marchandises a complètement disparu de la voie d’eau dans les années 1980, au moment où se développait le tourisme fluvial attirant des plaisanciers de plus en plus nombreux qui « découvraient » les beautés de cet ouvrage jalonné de remarquables ouvrages d’art, conçus il y a plus de trois siècles pour assurer son alimentation en eau et permettre l’acheminement des hommes et des marchandises entre Toulouse et la Méditerranée, de part et d’autre du seuil de Naurouze.
.

Désormais classé au Patrimoine mondial par l’UNESCO, le Canal du Midi fut, dès sa mise en eau, en 1681, un remarquable outil économique pour le Languedoc. Victime de la concurrence du chemin de fer au XIXème siècle, puis des transports routiers, le trafic des marchandises a complètement disparu de la voie d’eau dans les années 1980, au moment où se développait le tourisme fluvial attirant des plaisanciers de plus en plus nombreux qui « découvraient » les beautés de cet ouvrage jalonné de remarquables ouvrages d’art, conçus il y a plus de trois siècles pour assurer son alimentation en eau et permettre l’acheminement des hommes et des marchandises entre Toulouse et la Méditerranée, de part et d’autre du seuil de Naurouze. - See more at: http://www.sicoval.fr/fr/evenements/belberaud-conference-de-robert-marconis-sur-le-canal-du-midi.html#sthash.y8f35SHt.dpuf
Désormais classé au Patrimoine mondial par l’UNESCO, le Canal du Midi fut, dès sa mise en eau, en 1681, un remarquable outil économique pour le Languedoc. Victime de la concurrence du chemin de fer au XIXème siècle, puis des transports routiers, le trafic des marchandises a complètement disparu de la voie d’eau dans les années 1980, au moment où se développait le tourisme fluvial attirant des plaisanciers de plus en plus nombreux qui « découvraient » les beautés de cet ouvrage jalonné de remarquables ouvrages d’art, conçus il y a plus de trois siècles pour assurer son alimentation en eau et permettre l’acheminement des hommes et des marchandises entre Toulouse et la Méditerranée, de part et d’autre du seuil de Naurouze. - See more at: http://www.sicoval.fr/fr/evenements/belberaud-conference-de-robert-marconis-sur-le-canal-du-midi.html#sthash.y8f35SHt.dpuf

Entre économie et culture, entre l’État, les collectivités territoriales et des « usagers » aux intérêts souvent antagonistes, l’avenir du canal reste cependant bien incertain en l’absence d’un grand projet cohérent de mise en valeur, respectueux de sa valeur patrimoniale

> Robert Marconis est agrégé de géographie et docteur ès lettres et sciences humaines. Professeur émérite de l'Université Toulouse-Jean-Laurès, il a également enseigné à l'Institut d'études politiques de Toulouse. Spécialiste des questions d'urbanisme, de transport et d'aménagement du territoire, il est l'auteur de nombreux ouvrages, dont plusieurs, en collaboration, sur le Canal du Midi.

Robert Marconis est agrégé de géographie et docteur ès lettres et sciences humaines. Professeur des universités, il a enseigné à l'université de Toulouse II-Le Mirail et à l'Institut d'études politiques de Toulouse. Spécialiste des questions d'urbanisme, de transport et d'aménagement du territoire, il est l'auteur de nombreux ouvrages, dontRobert MARCONIS, Professeur émérite
Université de Toulouse – Jean-Jaurès - See more at: http://www.sicoval.fr/fr/evenements/belberaud-conference-de-robert-marconis-sur-le-canal-du-midi.html#sthash.y8f35SHt.dpuf

+ présentation et signature des livres sur le Canal du Midi
+
participation de Philippe Valentin, cartographe du Canal du Midi d'hier et d'aujourd'hui
+ expositions "La Barque de Poste" et "Le Canal sans dessus dessous"
(Musée & Jardins du Canal du Midi, à Revel)


Lucien Ariès, le vendredi 15 janvier 2016, à DONNEVILLE
"Clochers-murs et bastides en Lauragais"

Les plus anciens clochers du Lauragais, qui remontent au Xe et XIe, sont des clochers-murs à pignon triangulaire de petite dimension, comportant généralement 3 baies campanaires de style roman ; ces baies sont suffisamment hautes pour sonner les cloches à la volée (volée tournante). Au XIIe siècle, les clochers prennent de la hauteur et apparaissent des clochers-peignes ou à arcades ; sans pignon triangulaire, ils se terminent par une barre horizontale avec généralement quatre baies campanaires de style roman permettant la volée tournante. Avec l’apparition des bastides au XIIIe siècle, après la croisade contre les albigeois, les clochers-murs survivent ; sous la pulsion de l’art gothique, ils troquent leurs arcs en plein cintre contre des arcs en mitre, généralement encadrés par deux tourelles et donnent naissent au style gothique méridional ou toulousain.


> Professeur émérite de l'Université Paul-Sabatier (Toulouse), Lucien Ariès est le président de l'ARBRE (Association de Recherches Baziégeoise : Racines et Environnement) qui a pour but de promouvoir le patrimoine, de rechercher des traces du passé, de valoriser l'environnement de Baziège et du Lauragais au cours du temps et d'en assurer la diffusion et la promotion. Il est l'auteur de plusieurs ouvrages sur le Lauragais.


+ présentation et signature des ouvrages de Lucien Ariès
+ exposition d'ouvrages sur l'architecture religieuse et civile du Lauragais

Pierre Espenon, le vendredi 12 févier 2016, à FOURQUEVAUX
"Enigmes et légendes du Vent d'Autan"

"Tout vous est aquilon, tout me semble zéphyr", dit le chêne au roseau dans la fable de La Fontaine. Propos qu'assurément ne peuvent tenir les chênes du Midi toulousain lorsque souffle le vent d'autan. Tourmente, colère, ravages, caprices, folie sont les termes qui reviennent le plus souvent dans les articles de presse qui relatent les conséquences de cette réalité, parfois extrême, de notre météorologie régionale.

Bien connu des habitants de notre région qui en subissent les effets, l'autan est accusé de nombreux maux, depuis des générations. Et pourtant, il n'est pas responsable que des troubles, des douleurs ou des accidents ; il peut assurer, au milieu de l'hiver, de belles et tièdes journées, mais on garde moins le souvenir de ces moments. De plus il n'est pas ici, et de loin, le vent dominant. Il souffle en moyenne entre 60 et 90 jours par an, même pas la moitié des épisodes de secteur Ouest !

Il peut rendre nerveux certains d'entre nous, pousser d'autres à la déprime, il laisse souvent perplexe. Comme le dit Joël Collado de Météo France, "c'est une drôle de personnalité". Selon les marques qu'il affiche dans notre ciel, qu'il imprime dans les lieux, les corps, les esprits, selon sa durée aussi, on lui colle des qualificatifs divers. Mais l'autan de la rue n'est pas celui des scientifiques, lesquels concluent par exemple que "sa compréhension intégrale est difficile" ou qu'il "n'a pas encore livré tous ses secrets". En général, les rafales de l'autan engendrent des rafales de questions auxquelles chacun répond comme il peut et même... comme il veut.

> Pierre Espenon est agrégé de géographie. Il fut professeur au Lycée Vincent Auriol à Revel et chargé de cours à l'Université du Mirail. Né dans le Tarn, donc dans le domaine de l'autan, ouvert à la climatologie par les enseignements universitaires de Georges Viers, il s'est posé la question de la complexité du vent d'autan à la lecture d'un article de Jean-Pierre Vigneau dans la Revue Géographique des Pyrénées et du Sud-Ouest en 1972. Son parcours professionnel à Revel lui a permis de développer sa curiosité sur le sujet, auquel il a consacré de nombreuses conférences et émissions de radio, ainsi qu'un chapitre du livre "Midi-Pyrénées région passions" en collaboration avec Claude Rivals.


+ exposition sur les moulins à vent, avec L'ARAM-MT, l'association des Amis des Moulins de Midi-Pyrénées


Sandrine Bannessy, le vendredi 11 mars 2016, à LACROIX-FALGARDE
"Le Pastel, l'Or bleu de Toulouse"

Aux 15ème et 16ème siècles, toute l'Europe s'intéresse au pays d'Oc grâce à la culture et au commerce du pastel. De cette période prospère de notre histoire subsistent aujourd'hui le nom de "Pays de cocagne" et un patrimoine exceptionnel, châteaux et hôtels particuliers, bâti grâce à la fortune des marchands pastelliers. Du rôle du bleu dans l'histoire des hommes à l'alchimie du pastel et aux secrets de ses teinturiers, c'est l'histoire extraordinaire et passionnante de l'Or bleu du pays de cocagne que Sandrine Banessy nous invitera à découvrir.  

> Editrice, Sandrine Banessy est également la présidente de l'Académie des arts et des sciences du pastel, auteure d'ouvrages sur le patrimoine dont trois consacrés au pastel, et co-fondatrice de "Terre de Pastel", le nouvel espace et musée dédié au pastel qui a ouvert ses portes voilà deux ans à Labège.


+ présentation et signature des ouvrages sur le pastel


Table ronde le jeudi 7 avril 2016, à MONTBRUN-LAURAGAIS (exceptionnellement à 20 h 30)
"Sur les Chemins de Saint-Jacques" - table ronde animée par Jean-Luc Moles

Vous souhaitez marcher sur les Chemins de Saint-Jacques de Compostelle mais ne savez pas comment vous y prendre ? Ou bien vous êtes simplement curieux de la vie sur les Chemins ?... Venez poser vos questions !
Vous avez marché sur ces Chemins ?... Venez témoigner et partager vos expériences !

> Rédacteur, dans le bulletin municipal de Montbrun-Lauragais (Lo Pistarel n° 80, 82 et 85) de trois articles sur les chemins et itinéraires en général, et les Chemins de Saint-Jacques en particulier, Jean-Luc Moles animera cette table ronde qui permettra d'échanger de manière informelle et conviviale autour de ce "mythe" et des réalisations et projets de chacun des intervenants et participants qui le souhaitent.
.

+ Le fonds de livres sur Compostelle de la bibliothèque municipale et du Lecteur du Val sera exposé, ainsi que de nombreux ouvrages, documents et cartes

Le fonds de livres sur Saint-Jacques de la bibliothèque municipale et du Lecteur du Val sera exposé, ainsi que de nombreux ouvrages, documents et cartes. - See more at: http://www.sicoval.fr/fr/evenements/montbrun-lauragais-table-ronde-sur-les-chemins-de-saint-jacques.html#sthash.tqWs6qRm.dpuf
Le fonds de livres sur Saint-Jacques de la bibliothèque municipale et du Lecteur du Val sera exposé, ainsi que de nombreux ouvrages, documents et cartes. - See more at: http://www.sicoval.fr/fr/evenements/montbrun-lauragais-table-ronde-sur-les-chemins-de-saint-jacques.html#sthash.tqWs6qRm.dpuf


Bartolomé Bennassar, le vendredi 22 avril 2016, à BAZIEGE
"La Retirada, dernier acte de l'exil espagnol"

La Retirada (janvier-février 1939) n'est que le dernier acte, le plus important et le plus dramatique, de l'exil espagnol qui a été l'épilogue de la Guerre Civile. En effet, dès 1936, les réfugiés espagnols arrivent en France, affluant par vagues successives : relativement peu importante d'abord, l'émigration devient considérable en 1937, se poursuit en 1938 avec notamment le cas particulier de l’Aragon, et enfin se massifie dans les premiers mois de 1939 avec ce qui fut appelé la "Retirada". Les formes de l’accueil des réfugiés seront également évoqués, avec l’épisode des camps sur le plage en 1939 et la dispersion dans l'espace français, le travail en France, et bien sûr le rôle des réfugiés pendant la deuxième guerre mondiale, notamment leur engagement dans les forces armées françaises, et leur participation aux maquis et aux combats de la Libération.

> Ecrivain, historien, professeur à l’Université Toulouse-Jean-Jaurès dont il fut le président, Bartolomé Bennassar est l’un des plus grands spécialistes de l’histoire de l’Espagne moderne et contemporaine. Valladolid au siècle d’or, l’Inquisition espagnole, L’Histoire des Espagnols, sa biographie de Franco et son ouvrage, La guerre d’Espagne et ses lendemains, sont considérés comme des ouvrages de référence. Il a également publié des études sur l’Amérique latine. Sa démarche d’historien lui fait prendre en compte à la fois les personnalités politiques capitales et les faits sociaux relatifs aux individus anonymes touchés par la violence et la misère de ces temps de conquête. Bartolomé Bennassar s’est aussi essayé à l’écriture romanesque avec succès, et son roman Le Dernier saut a été adapté au cinéma en 1970.


+ présentation et signature des ouvrages de l'auteur sur le stand de la librairie Escalire
+ exposition : "la Guerre d'Espagne, trois ans en enfer pour une nation", prêtée par la Bibliothèque de Saint-Orens


Rocco Femia, le vendredi 13 mai 2016, à POMPERTUZAT
"Italiens : quand les émigrés, c'était nous"

Une réflexion sur 150 ans de l'histoire de l'immigration italienne.
Hier terre d'exil, aujourd'hui terre d'accueil à Lampedusa : l'histoire de l'Italie est marquée par son émigration. Une histoire parsemée de moments douloureux et émouvants, de conquêtes importantes et d’un enracinement exemplaire, même si parfois au tribut humain toujours trop lourd. Parce qu'il ne faut pas oublier, pour ces millions d'émigrés ayant fui pour un ailleurs meilleur, Rocco Femia, directeur de la revue franco-italienne Radici avec passion et engagement nous rappellera l'épopée de ces « Ritals », partis l'espoir chevillé au corps avant de connaître le déracinement. Entre paroles et images d'archives, il nous permettra de traverser plus d'un siècle d’immigration. Une ode au monde, l'exhortant à évoluer vers plus d'humanité et de solidarité.

> Roco Femia, éditeur et journaliste, a fait des études de droit en Italie. Il s’est installé en France où il vit depuis 20 ans et où il a effectué une spécialisation en droit et en communication. Il est fondateur de la maison d'éditions Editalie et directeur du magazine bilingue franco-italien Radici, consacré à l’actualité et à la culture transalpines.


+ présentation de la revue "Radici"
+ exposition d'ouvrages sur l'immigration italienne

 
l Boîte à outils
- Pour télécharger l'affichette de la programmation : Affiche (pdf 1 page)
   Bilan des animations 2015
     retour à l'accueil
© 2015-2016 -  Le Lecteur du Val - Tous droits réservés